© Sparcraft
  
 Retour sommaire
REDUCTION DE LA PUISSANCE PAR PRISE DE RIS

Lorsque la force du vent augmente, les voiles doivent être progressivement aplaties pour réduire la puissance. Pour ce faire les drisses sont étarquées (ne laissant aucun pli le long du guindant) ainsi que la bordure de Grand-voile qui doit être en position maximum. Si la pression du vent est toujours excessive, il faut alors réduire la surface de la voilure, soit en changeant de voile, soit en prenant des ris. Les systèmes modernes sont tellement efficaces qu'il suffit d'un peu d'expérience et la prise de ris devient simple même en équipage réduit par grand vent.
Après une prise de ris, il se peut qu'il faille régler la tension de la chute. Tendre suffisamment pour que la chute ne faseille pas et ne pas oublier de détendre le nerf de chute lorsqu'on largue les ris.

 

PRISE DE RIS DANS LA GRAND VOILE

Les lignes de ris doivent être prêtes avant de quitter le mouillage. Il est très difficile de le faire en mer, lorsque les conditions sont inconfortables et l'extrémité de la bôme difficile à atteindre. La bôme est équipée pour la prise de ris. Les bosses de ris doivent être telles qu'elles serrent le nouveau point d'écoute contre la bôme mais aussi qu'elles étarquent la bordure afin d'aplatir la voile. Pendant la prise de ris, larguer le hale-bas de bôme. Choquer la drisse pour amener le guindant. Passer le point d'amure du ris requis sur le crochet de ris et étarquer de nouveau le guindant.
Etarquer ensuite la bosse de ris en la prenant sur un winch. Serrer le bloqueur sur l'avant de la bôme pour retenir la bosse. Border la Grand-voile et régler le hale-bas. Larguer les ris est tout aussi facile. Utiliser le procédé inverse, mais en choquant la bosse de point d'écoute, faire attention à la bôme qui va tomber dans le cockpit. Pour les systèmes de prises de ris à une seule ligne de ris, voir détails ci-dessous.

 

BOME - PRISE DE RIS AUTOMATIQUE

Avec le système de bôme automatique de prise de ris SPARCRAFT, un seul membre d'équipage travaillant à partir du cockpit peut prendre un ris en moins de 30 secondes en étarquant une des lignes de ris et en choquant la drisse de Grand-voile. La tension des autres lignes de ris est réglée automatiquement et on peut réduire la voile jusqu'à 75%.
Le système est particulièrement efficace et sûr pour la manoeuvre en équipage réduit ou en solitaire.

 

LAZYJACKS ET VOILES LATTEES

Un système de lazyjacks peut être installé pour retenir la Grand-voile sur la bôme en l'affalant ou en prenant des ris. Ceci est particulièrement utile pour des voiles entièrement lattées. Il faut s'assurer que les lazyjacks ne puissent pas se prendre dans les extémités des lattes en hissant la Grand-voile.

 

UTILISATION DU HALE-BAS DE BOME RIGIDE

Le hale-bas est un système puissant de contrôle de la Grand-voile et on doit l'utiliser correctement. Il tend la chute de la voile et améliore sa forme au près et au vent arrière. Par vent fort, le hale-bas empêche la torsion de la chute et diminue la tendance au roulement au vent arrière. Par vent faible, il soulage la chute de la grand voile et supprime la balancine de bôme.
Il est recommandé en abattant par vent fort de choquer le hale-bas afin d'éviter un excès de charge qui peut causer une perte de contrôle ou endommager la bôme.

 

UTILISATION DU TANGON DE SPI

Pour qu'il soit facile de hisser le spi, il faut y préparer l'équipage. Prévoir la répartition des tâches, y compris la drisse, le bras de l'écoute de spi. Hisser et établir le spi aussi vite que possible pour réduire les problèmes de manoeuvre. Au cours du réglage du tangon de spi, il faut s'assurer qu'il reste toujours sous le contrôle de la balancine qui le supporte et du hale-bas qui le maintient à l'horizontale.

 

PRINCIPES DE BASE DES REGLAGES DE VOILES

Pour achever la meilleure performance possible, il est essentiel de bien régler les voiles de façon à leur donner un profil d'aile avec ce qu'il faut de creux. Il est essentiel de modifier les réglages en fonction des conditions du vent.
Commencer par étarquer (ou détendre) les drisses de Grand-voile et de foc de façon à ce que les plis disparaissent, sans plus. Une drisse trop molle rend la voile plus pleine et réduit la capacité du bateau à remonter au vent. S'assurer alors que la bordure de la voile est réglée suivant les conditions.
Par petit temps, il faut augmenter la puissance, la Grand-voile doit être plus pleine dans la partie basse. Le génois ne doit pas être bordé excessivement. Par vents plus forts (lorsque la gîte augmente), réduire la puissance la Grand-voile en étarquant la bordure. Ceci a pour effet de réduire le creux de l'ensemble de la Grand-voile. Le génois peut être plus bordé. La position de la poulie d'écoute de génois doit être progressivement déplacée vers l'arrière au fur et à mesure que le vent augmente. Ceci a pour effet d'ouvrir la partie supérieure de la chute, réduire la puissance, la dévente de la Grand-voile et la gîte.
Au vent arrière, régler la tension de la chute de la Grand-voile pour lui laisser un peu de torsion, mais sans excès. Par vent plus fort, un excès d'arrondi de la chute de la Grand-voile provoque le roulis.
Il faut toujours être prêt à prendre des ris dans la Grand-voile ou réduire le génois lorsque le vent force. Par vents forts, toutes les voiles doivent être aussi plates que possible pour réduire la puissance et la gîte. Ne pas oublier de régler la chute. Si elle faseille, le tissu peut se déchirer, si elle est trop tendue, elle se replie et peut s'étirer.
Les techniques utilisées pour obtenir les formes de voiles souhaitées varient avec les voiliers et les caractéristiques des bateaux. Il est donc utile de consulter votre maître voilier qui vous conseillera sur les réglages optimums des voiles.